L’Ecole

Fleuron du savoir,
Temple de la connaissance,
Tu as fait jadis la fierté de l’Afrique,
A travers les grands noms aujourd’hui enfouis ;
Lieu de la culture civique,
Ciment de l’unité naturelle,
Mais aujourd’hui qu’es-Tu devenue ?
Avec la complicité des réformateurs,
Le PAS qui a passé,
Le silence complice des politiciens et technocrates,
Le dictat de la métropole,
Tu es devenue,
Un vaste lieu de gardiennage pour les enfants,
Assis à même le sol nous apprenons sans apprendre,
Nous passons sans avoir le culot de passer,
Il y a deux écoles
Une pour nous les pauvres,
Encadré par les enfants des pauvres,
Sortis dans le moule de la culture de masse,
Avec des diplômes parfois achetés,
Pour la plupart un brevet sans culotte,
Quelques uns une formation de l’école normale,
Quelques rare autres une formation bien pentalonnée,
Une tête bien faite,
Ceux là deviennent parfois sans piston des encadreurs,
Parfois sans niveau,
Ils nous tirent à leur niveau,
Avec des salaires le 40 ou 50 du mois,
C’est des enseignants de seconde zone,
Leur compétence est niée,
Leurs pécules un gagne paix pour les commis,
Beaucoup n’existent que sur papier,
C’est la casserole des inspecteurs,
A coté l’école privée,
Pour les enfants des riches et politiciens,
Là l’éducation y est rigoureuse,
Des maitres triés sur le volet
Pour des résultats à la volée
Avec des salaires réguliers,
C’est la reproduction sociale à l’identique,
Pour la maintient de l’ordre social à l’identique,
Une hégémonie sociale et politique à l’identique,
Pour l’évolution d’un Niger à l’identique,
Des indicateurs d’un Niger toujours à la traine,
D’une école publique à l’abandon,
Pour les enfants du peuple dans le désarroi,
Un lendemain dans le noir de l’intelligence,
Pour cette grande masse qui aspire à voir le soleil,
La lumière de la connaissance,
Pour un progrès plus équitable,
Que deviendra le combat du millénaire dans un monde,
Ou les vulnérables croupissent dans le méandre de la nuit,
Quelle lampe peut-elle éclairer ce noir épais,
De l’injustice, de l’ignorance grandissant ;
Le combat de la lumière doit être notre priorité,
L’école est notre étendard,
Le porte flambeau de l’avenir,
L’avenir d’une enfance de lumière,
Hameau de la misère Edition Edilivre 3 novembre 2014 Paris France

You must be logged in to post a comment.