ET SI ON NE VEUT PAS DU DEVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE

 » Maintenir une journée de quiétude dans la vie d’une nation, c’est beaucoup. Faire des grandes réalisations c’est formidable. Face au besoin, il y aura toujours des demandes. Face à l’action il y aura toujours matière à critiquer. Il ne peut y avoir d’unanimité sur la manière de faire les choses. Croire le contraire c’est mettre à mal les visions, les champs des connaissances, et les expériences. Prendre en compte les critiques, nous permet de nous corriger, de minimiser nos erreurs.

Le marxisme a prédit la fin du capitalisme eu égard aux contingences et à la nature du système basé sur la domination des classes. Mais le capitalisme a intégré les critiques du marxisme et s’est réadapté. Le résultat est là, la société sans classe n’a jamais vu le jour. Et d’ailleurs les quelques systèmes socialisant ou me maoïsant se sont d’ailleurs muté en système capitalo-socialiste.

En Afrique d’ailleurs, cela n’a jamais existé. Dans les luttes syndicales cela a beaucoup servit à galvaniser, à conquérir des acquis. Mais dans la sphère politique les partis socialistes et même libéraux n’existent que de nom. Il ne reste que le discours, quelques fois populistes et dénués de réalité.

Le point commun à tous ces partis, c’est le respect des desiderata de la métropole, avec des compromis à clé et même des compromissions des intérêts du peuple. Le monde est devenu juste une vaste jungle ou les grandes puissances sous le couvert d’une démocratie factice, arrivent à tirer leur épingle du jeu.

Nos dirigeants en réalité n’ont rien à cirer avec nous puisque qu’ils sont là pour eux. L’histoire récente de l’Afrique le démontre aisément, à chaque fois qu’un dirigeant a voulu du bonheur de son peuple il est accusé de tous les mots pour ensuite être balayé par la suite, avec la complicité et l’aide bien comprise des hommes des mains tapis dans les rouages de l’ETAT. Lumumba, Sankara, Sékou Touré, Diori HAMANI, Baaré, Tandja… Alors comment voulez-vous qu’on se développe dans un environnement pareil. En fait ce n’est pas que  » L’Afrique refuse le développement, il fallait s’simplement dire et  » ET Si on ne veut pas du développement de l’Afrique « ?

You must be logged in to post a comment.